Palais des ducs de Bourgogne

Des murailles fortes, un palais imposant et tortueux, des clochers et beffrois innombrables... De très loin le voyageur devine que la Cité de Dijon est le siège d'un puissant et riche duché.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Della
Squatteur invétéré
Squatteur invétéré
avatar

Nombre de messages : 2221
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne   Jeu 12 Mai - 14:03

Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne

L'Agence Bourguignonne pour la Culture est heureuse de vous présenter le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne !

Un tout grand merci au Baron Charles de Margny pour son remarquable travail.


Nous vous conseillons de parcourir aussi ce document qui vous documentera sur la Bourgogne et son Histoire.

Bonne lecture !


Citation :
Récapitulatif des régnants de Bourgogne -selon la Hérauderie Royale de France- :


  • Goel - Régent de Bourgogne
  • Prothas de Nailly - 1er Duc de Bourgogne
  • Goel - 2ième Duc de Bourgogne
  • Morkail de Hautefonds - 3ième Duc de Bourgogne
  • Arfax de Luzy - 4ième Duc de Bourgogne
  • Cardinal - 5ième Duc de Bourgogne
  • Jacknight de Licorne Azur - 6ième Duc de Bourgogne
  • Charles de Castelmaure, dict "Knightingale" - 7ième Duc de Bourgogne
  • Persan d'Ylfan - 8ième Duc de Bourgogne
  • Barulf - 9ième Duc de Bourgogne (démissionnaire)
  • Armoria - 10ième Duc de Bourgogne, 1ière Duchesse
  • Asterius - 11ième Duc de Bourgogne
  • Djemilee - 12ième Duc de Bourgogne, 2ième Duchesse
  • Almaric de Margny, dict "Coluche" - 13ième Duc de Bourgogne
  • Guillaume de Talensac, dict "Toultoutim" - 14ième Duc de Bourgogne
  • Clothylde - 15ième Duc de Bourgogne, 3ième Duchesse (démissionnaire)
  • AsdrubaelVect - Régent de Bourgogne
  • Persan d'Ylfan - 16ième Duc de Bourgogne
  • Erikdejosseliniere - 17ème Duc de Bourgogne
  • AsdrubaelVect - 18ème Duc de Bourgogne
  • Vaxilart - 19ème Duc de Bourgogne
  • Saxaltesse, 20ème Duchesse de Bourgogne
  • Esmeraaldaa (allégence refusée)
  • Theognis, Régent de Bourgogne
  • Verbam, 21ème Duc de Bourgogne
  • Vaxilart, 22ème Duc de Bourgogne (second mandat)
  • Ingeburge, 23ème Duchesse de Bourgogne
  • Sorane, 24ème Duchesse de Bourgogne (15 janvier - 15 mars 1458)
  • Eusaias, 25ème Duc de Bourgogne (15 mars 1458 - )
  • Snell, Régent de Bourgogne (- 15 mai 1458)
  • Ingeburge, 26ème Duchesse de Bourgogne (15 mai - 15 juillet 1458)
  • Esyllt_Catarina, 27ème Duchesse de Bourgogne ( juillet 1458- septembre 1458)
  • Angelyque, 28ème Duchesse de Bourgogne (septembre 1458 - mars 1459)
  • Eusaias, 29ème Duc de Bourgogne ( mars 1459 - mai 1459)
  • Lenada, 30ème Duchesse de Bourgogne (mai 1459 -)


Notifications des listes remportant les élections -avec Duc élu s'il en est issu- :

PARS: Duc Prothas
VIENS: Duc Goel, Duc Morkail, Duc Arfax
IMPACT: Duc Cardinal, Duc Persan par 2 fois, Régente Armoria
BIL: Aucun Duc
VIN: Duc Knightingale
BOURGOGNE: Duchesse Armoria par 2 fois
PECHES: Duc Asterius
COEUR: Aucun Duc
GD: Duc Coluche, Duc Toultoutim, Duchesse Clothylde
BOUM: Duc Erikdejosselinière par 2 fois, Duc Asdrubaelvect, Duc Vaxilart, Duchesse Ingeburge par 3 fois, Duchesse Sorane, Duchesse Angélyque par 3 fois, Duchesse Lenada
DD: Duchesse Saxaltesse
AIR (considéré comme invalide) : Aucun Duc
EVE: Aucun Duc
BAFFE: Duc Eusaias, Régent Snell, Duc Eusaias
BORDEL: Duchesse Ingeburge
BOEUF: Duchesse Essylt_Catarina

Duc reconnu, non issu de la liste ayant gagnée les élections:


Duc Jacknight (DEMOCRATIE)
Duc Barulf (RENOUVEAU)
Duchesse Djemilee (REVELATION)
Duc Erikdejosselinière (BOUM)
Duchesse Emseraldaa (BOUM)
Duc Verbam (RUBIS)
Duc Vaxilart (VERT)

_________________


Dernière édition par Della le Jeu 12 Mai - 14:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Della
Squatteur invétéré
Squatteur invétéré
avatar

Nombre de messages : 2221
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne   Jeu 12 Mai - 14:04

Citation :
Légendes des Ducs de Bourgogne du marchand éclairé, le Duc Goel, à nos jours...

Le Duc Régent Goel:


Duc régent de Bourgogne, fieffé par son Altesse Lévan III de Normandie en échange de son épouse, Mllelafée. Un éminent détail qui promet déjà à la Bourgogne des lendemains hors du commun au sein du Royaume de France. Il érigera le premier texte de loi de cette néo-province, incluant le célèbre alinéa faisant mention de l'interdiction de l'élevage des chèvres helvètes sur le territoire bourguignon.

Prothas, Primus Inter Par(e)s:


Premier Duc élu en Bourgogne. Tête de liste de l'éminent partie Partie pour l'Action et la Réforme de la Société, arrivée en tête avec plus de 40%, Prothas de Nailly sera reconnu par ses pairs comme le premier homme à se faire choir la couronne ducale de Bourgogne par la voie des élections de la toute nouvelle province émancipé de la Champagne. Notons l'originalité d'une indépendance des institutions du duché champenois pour s'offrir en tant que premier régnant élu, un membre du parti dominant la Champagne.

Et Viens Goel:


... Et revint Goel devrions nous dire, car voici de retour sur le trône de Bourgogne, l'homme providentiel que le parricide Lévan avait posé sur ce même siège doré. Cette élection marquera aussi l'arrivée au pouvoir pour un petit moment du parti d'opposition au PARS, le légendaire partie VIENS (nous noterons le jeu de mot d'une finesse toute louable) qui marquera la France par son empreinte future au service et à la fidélité des Lévanides. Par ailleurs, ces élections marque la première victoire électoral d'une liste à plus de 50% des suffrages, dominant avec une certaine aisance le parti sortant loin derrière avec moins de 30%.

Du piquant avec Estienne Morkar:


Dans la bonne lignée du Duc Goel, Estienne Morkar de Hautefond sera le second dignitaire du VIENS à venir régner sur le territoire de Bourgogne. Dans sa propension à servir son parti, il interviendra en faveur de l'Artois lors de la bataille de Compiègne, mettant en garde la Champagne du Duc Caedes et lui lançant un ultimatum si ce dernier s'évertuait à maintenir le siège de la citée artésienne. Il alla même jusqu'à proposer une entrevue dans la citée de Joinville, enclave bourguignonne sur le territoire de Champagne. Son Altesse Lévan III de Normandie donnera raison à la Champagne le lendemain et lui accordera le droit de disposer de la ville de Compiègne, ce sera la première défaite diplomatique de la Bourgogne à l'échelle du Royaume de France.

Arfax ne Viens plus tant que cela:

A l'image de ses deux prédécesseurs, le Duc Arfax de Luzy est issue du parti VIENS, tel ses compagnons, il aura vu s'imposer sa liste en tête au milieu sur les trois listes présentent, mais le vent du changement sonnait déjà l'avertissement. Arrivé en tête d'un tout petit pourcentage de voix et ne récoltant plus la majorité qui revenait au VIENS, le Duc Arfax amorce ici l'apogée de ce parti sur le duché de Bourgogne.

Le Beau frondeur Cardinal de Nuit-St-Georges:

L'élection du Duc Cardinal marque l'avènement et le retour au pouvoir du PARS, par l'intermédiaire de l'un de ses plus éminents protagonistes que le Baron de Nuit-St-Georges. Ce mandat ducal restera dans les mémoires, par le virage politique mené par la Bourgogne, devenant aux côtés du Duché de Champagne, l'une des instigatrices de la Fronde contre son Altesse, le parricide Lévan III de Normandie.

Le Duc de Bourgogne jouira d'une part importante de cet événement par son allocution au Royaume de France, réclament l'ouverture d'état généraux, afin que soit offert à l'état un nouveau roi apte à gouverner et plus légitime que l'actuel gouverneur. Sa déclaration sera soutenue par la majorité de son conseil et par un fort plébiscite au sein l'opinion publique de Bourgogne.
Il verra la démission du Comte du Hainaut, Tristan de Salignac, dict Biquette, membre fondateur du VIENS et loyaliste parmi les loyalistes, qui se verra récompensé de sa fidélité au futur roi Lévan le troisième de Normandie, par la charge de Grand Maitre de France.
Alors que les frondeurs se verront contraint d'abdiquer, à l'instar du Duc de Champagne ou de la Duchesse de Normandie, le Beau Cardinal préféra renoncer au titre de Duc de Bourgogne plutôt que prêter allégeance à celui qu'il appelait Lévan III le fol, Persan fut nommé Régent jusqu'aux prochaines élections.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Della
Squatteur invétéré
Squatteur invétéré
avatar

Nombre de messages : 2221
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne   Jeu 12 Mai - 14:04

Citation :
Persan, un régent post-Fronde:

Établi sur le trône de Bourgogne, suite à la démission du Duc Cardinal, Persan d'Ylfan finira la mandature en voyant le royaume dorénavant dirigé par un roi couronné en Reims à qui il offrira la première allégeance bourguignonne au souverain de France.

Jacknight, n'est pas Duc qui viens:

Une élection ducale qui mettra en avant le déclin du parti VIENS, qui après avoir récolté une trentaine de pour cent aux élections précédentes, fini cette fois bon dernier. La raison est en presque toute évidente, ses plus investis membres ayant quitté le parti afin de se fondre dans d'autre projet, politique ou autre, ces élections mettant en lice 3 listes, toutes trois menés par d'anciens membres du parti. C'est donc le Duc Jacknight de Licorne Azur qui viendra à être le premier à rendre allégeance à un roi en tant que régnant ducal de la Bourgogne. Il est aussi le premier homme reconnu par ses pairs, non issu de la liste arrivée en tête lors des suffrages.
Son mandat sera marqué par le retour du Duché de Bourgogne dans sa droite lignée ou l'avait mené le VIENS, avec une fidélité sans faille envers la couronne de France et l'évènement final qui verra le régnant bourguignon remettre la baronnie de Beaune dont le Comte du Hainaut qui en était le seigneur l'avait rendu lors de la fronde, refusant d'être le vassal d'un ennemi de la couronne. Cet acte mettra définitivement la Bourgogne en paix avec le roi et son conseil.

Knightingale, la fougue champenoise:


Cette élection marque une révolution dans le paysage politique de Bourgogne par la pluralité naissante des groupements politiques et l'affrontement de 6 listes aux horizons bien diverses en courses pour le trône. Jusqu'ici la Bourgogne n'avait connue que des délibérations mêlant trois listes à l'exception des premières élections qui en avaient offerte quatre.
C'est au milieu de ce brouhaha que la liste menée par l'un des plus fougueux patriciens champenois, le juste Charles de Castelmaure, obtenu le résultat éloquent de recueillir plus de 40% des suffrages laissant les seconds tout juste dépasser la barre de la vingtaine et voyant les autres adversaires se contenter d'une ou deux places au conseil ducal. Parmi ces grands perdant se trouve le précédent Duc Jacknight qui découvre l'échec de sa politique des deux mois précédent en ne récoltant qu'un maigre siège pour sa propre personne avec un résultat démontrant sa triste défaite.
Ce mandat se voudra comme celui qui mènera désormais la Bourgogne dans un esprit bien propre, avec ses réelles forces locales et l'arrivée d'hommes et femmes servant la cour de France peu importe leurs issus frondeurs ou non.

Persan, enfin Duc !


Lui qui avait été le premier homme bourguignon à tenir l'hommage et l'allégeance au Roy de France enfin reconnu, vient rendre une seconde fois les usages dut à sa charge, mais en tant que Duc élu et reconnu.
L'arrivée du Duc Persan au pouvoir, s'accompagne au retour de la liste Impact qui remporte ces élections comme par le passé, mais étant à ce jour véritable liste politique pour la Bourgogne et non plus l'une des factions ayant émergées au sein des provinces soutenant la Fronde menée jadis par la Champagne.
Cette élection remettra aussi en avant une certaine osmose en terme de suffrage ne voyant que la liste menée par celui qui fut élu Duc sortir avec une certaine majorité, mais plus aussi évidente que lors des précédents élections. La Bourgogne est entrée le jour même de ces élections dans sa propre politique avec ses forces vives et autonome comme en témoigne des résultats qui à partir de ce jour et pour un temps certain se verront somme toute équilibré.

Lorsque l'union fait la force, Barulf prend le trône:


Comme précédemment les résultats restent équilibré avec un nouvel avantage pour la liste Impact, mais qui se verra contrait cette fois-ci de céder le pouvoir à l'alliance des listes Renouveau et LFB qui sauront s'unir pour porter sur le trône pour une courte durée le Duc Barulf.
Cette élection démarquera pour la première fois les aspects réels des négociations politiques qui sévissent dans tous les royaumes qui n'apportent plus directement le trône à la liste la plus plébiscité, mais à ceux ayant le mieux sut accommoder leurs envies... Et des fois mêmes leurs écus.
Mais le vingt du mois, le duché se retrouva une seconde fois sans Duc, suite à la démission du régnant Barulf dans des circonstances un brin louche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Della
Squatteur invétéré
Squatteur invétéré
avatar

Nombre de messages : 2221
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne   Jeu 12 Mai - 14:05

Citation :
Première femme sur le trône, un peu régente, un peu duchesse, Armoria d'Ylfan:

A l'instar de son mari, la régence de la duchesse n'aura pas été suite à une quelconque affaire politique, mais aux faits de la vie, qui la projette ainsi sur le trône de régnant de la Bougogne pour assurer une transition jusqu'aux prochaines élections.
Cet intérim sera surtout l'occasion d'aplanir les lois du duché et mettre en place diverses législations afin d'assurer le bon vivre du peuple bourguignon au travers des différentes institutions dont joui la province.
Par ailleurs, cette régence redonna le pouvoir à la liste étant arrivée première lors du scrutin des précédentes élections, ainsi la Bourgogne retrouve une sorte de conformisme primaire dont elle s'était dotée depuis un certain temps et qui portait tout son crédit.

Le même trône, une plus belle couronne, Armoria est duchesse de Bourgogne:


Les élections du mois d'octobre renoue définitivement avec les habitudes d'antan de la province, voyant trois listes s'affronter et voir celle ayant récolté le plus de suffrages offrir son mûre fruit pour le trône de Bourgogne. Cette élection marquera aussi pleinement que la duchesse Armoria aura été la première femme à gouverner, puis à régner sur le territoire bourguignon.
La liste ayant remporté les élections, fort de ses six sièges eut ainsi le luxe de gouverner selon ses bons désirs, avec l'arrivée dans les listes adverses, de nouvelles têtes politiques, alliés aux bons vieux membre de l'immortel partie VIENS, qui, bien même ne présentait plus son nom, voyait toujours ses plus éminent membres sur les listes ducales contre le conformisme qui se mettait en place sur le territoire.
Ce mandat sera dans la juste continuitée du travail effectué durant la régence, validant les acquis précédant et continuer à réformer les institutions ainsi que le profond remanient de l'armée ducale et des lois diverses sur les groupements armés.

Une blonde ça colle, Armoria, encore et toujours !


Cette élection, outre le maintient de la duchesse Armoria d'Ylfan sur le trône de Bourgogne, voie la seconde tempête des élections ducales, avec un scrutin mettant en scène cinq listes aux idées diverses et aux opinions bien précises. La liste Bourgogne, emmené parla duchesse régnante récoltant tout de même un tiers des suffrages s'assure une certaine assise sur le contrôle du pouvoir, mais les forces dissidentes et les héritiers du VIENS sot présent, à l'affut pour reprendre un trône qui leur échappe depuis quelques mois …
Cette mandature marquera le soutient bourguignon à la province qui deviendra l'un de ses plus solides alliés, la Franche-Comté, ancienne province dissidente de Bourgogne. L'armée ducale sous les ordres du Capitaine Almaric de Margny, dit Coluche avait alors soutenu les troupes comtoises lors de la guerre de Savoie avec une certaine réussite bien propre aux troupes bourguignonnes.
En outre, ces deux mois seront mémorables pour l'entrée du collège des nobles de bourgogne , parla présence des anciens ducs au sein du conseil ducal avec un avis consultant, ainsi que divers droits sur les futurs ennoblissements.

Un étendard gueule flotte sur la Bourgogne, Asterius accède au trône:


Seconde élection consécutive voyant l'émergence cinq listes offertes au scrutin, mais dont les résultats certes serrés, voyant trois listes récoltés chacune un quart des suffrages, laissant les deux dernières se partager le dernier quart. Néanmoins et selon l'habitude sereine qu'avait pris la province, c'était le meneur de la liste arrivée en tête, certes de peu, qui s'offrit donc le suprême destin du duché de Bourgogne entre ses mains.

Le règne du Duc Asterius de Mervans se sépare en trois grandes parties qui étaient la profonde réforme et travail de fond sur l'économie afin de rendre le duché plus prospère que jamais, tout en retravaillant le service de l'armée et de la prévôté pour lutter contre l'engeance brigande de plus en plus virulente sur le territoire de Bourgogne. Et bien évidemment, pour assurer les relations extérieures le duc signa plusieurs traités avec les provinces voisines pour permettre au duché de pouvoir profiter d'une certaine assise sur la région via son réseau diplomatique désormais l'un des plus aguerrit du continent tant sur le plan temporel que spirituel avec ses accords avec l'église romaine.

Djemilee duchesse, non ce n'est pas un poisson d'Avril !


En plus d'être la seconde femme à accéder au trône ducale, la toute fraiche Djemilee innove dans la reconnaissance du Duc, étant issue de la liste ayant eu le suffrage le plus faible des élections, avec un résultat n'atteignant même pas les 15% et offrant deux maigres sièges au conseil ducal... Un seul lui aura donc suffi.
Ce mandat s'avère assez calme et offre au conseil ducal le temps de travailler en profondeur pour le bon fonctionnement de la Bourgogne, tant au niveau diplomatique par la rédaction de textes de base que les accords sur les commerces des villes et les relations du conseil avec l'Assemblée Bourguignonne désireuse d'une meilleure représentation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Della
Squatteur invétéré
Squatteur invétéré
avatar

Nombre de messages : 2221
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne   Jeu 12 Mai - 14:05

Citation :
Sa Grasse, le Duc Almaric de Margny, dict Coluche:

La Bourgogne retrouve la bonne marche de ses premières élections en voyant choir sur le trône le Baron d'Antigny, issu d'une liste à la dénomination toute fraiche mais qui se paye déjà le luxe de l'héritage du VIENS. Car Grandeur et Décadence, en plus de s'offrir 50% des suffrages voit en son sein les héritiers des Biquette ou Morkar à travers le nouveau Duc, fils du prince de Condé.
Ce mandat, dans la juste ligne bourguignonne de cette année 1455 continue de voir les réformes économiques s'appliquer afin de réguler les pénuries qui ne cessent de s'accroître aux devants d'un été qui s'annonçait déjà brulant. Le règne ducal du baron marquera aussi fortement le travail et les efforts de structurations sur la défense et la protection des bourguignon à travers les modifications et la facilitée de relation avec les villes. En outre, il aura été signé divers accords diplomatiques avec des provinces voisines ainsi que des ordres militaro-religieux afin d'offrir une assise non négligeable au duché bourguignon pour les années à venir.
Mais le fait le plus marquant de ce règne restera la perpétuelle et presque assommante communication assurée par la Porte-Parole qui offrait chaque semaine des rapports tout aussi clair que l'eau de roche.

Le calme façon Toultoutim:

Nouvelle victoire aux élections de la liste Grandeur et Décadence qui place l'ancien conseiller Toultoutim au rang bien mérité de Duc de Bourgogne pour le plus grand bien des effectifs militaires qui profiteront de sa motivation bien d'entretenir ses défenses comme il le fallait.
L'été étant saison propice aux guerres, il faut penser que le Duc était un visionnaire en vue des batailles qui secouaient le territoire du Berry, il fit mentionner un édit bourguignon qui assurait un soutient financier conséquent des mairies bourguignonnes en faveur de l'Ost. Financement qui n'était surement pas de trop lorsque la Bourgogne se positionna enfin contre les actions militaires du Duché de Bourbonnais-Auvergne au sein du Berry où il ne laissait que chaos et détresse.
Équilibrant tant bien que mal soutient diplomatique à son voisin et défense bourguignonnes avertis devant le danger grandissant de groupements de brigands qui menaçaient le duché, il réussit à offrir une sérénité économique à la province qui ne pouvait évidemment que faire attirer la convoitise. Et dans la bonne ligne de son prédécesseur, mais ne rendant qu'un rapport mensuel, la communication aux bourguignons fut plus conséquentes allants jusqu'à dévoiler publiquement les réserves en or de la province.

Clothylde, la Grandeur, puis la Décadence:


Troisième régnant issue de la liste Grandeur et Décadence, nouvelle majorité absolu assurant le trône à la troisième duchesse de l'histoire bourguignonne, la première qui aura faillit.
Un mandat pas encore vraiment débuté, peu de travail de réalisé, que déjà devant les murs de dijon se pressent bagnards du Lion de Juda, ainsi que militaires et mercenaires venus de Bretagne pour faire chuter et piller le château de Dijon pour la première fois de son histoire. Un raid rapide qui ne laisse que peu de temps aux bourguignons pour réagir qui auront pour seul acte de décréter la loi martiale une dizaine de jours après l'avoir levée. Ceci est un échec cuisant par rapport aux deux mandats précédents ou l'efficacité militaire était une des prérogatives et primes actions ducales.

Une histoire des régences, mais qui ?


Morkail, Casanier, Astrubaelvect ? Qui est le régent de Bourgogne ? Le dernier nommé succédant à la duchesse déchue suite à l'entretien du conseil de régence, aura eu la lourde tâche d'assumer la reprise en main de la province, tant par sa profonde réforme de la maréchaussée et militaire lancé suite à la débâcle de Dijon, tout en assurant un essor économique qui devait reprendre au plus vite.

Un retour Persan !


Et voilà un retour de force, un retour d'Impact et le retour du Duc Persan sur le trône de Bourgogne en cette fin d'année qui s'annonce comme le plus triste que le duché ait vécu.
Ce mandat marque le début de la Bourgogne moderne telle que nous la connaissons, plus que jamais déterminer à lutter contre les hérétiques et les brigands suite à la souffrance qui l'a vu s'écrouler devant ces derniers.
Les deux mois du règne du Duc coïncide avec des nouvelles mesures économiques, servant à renflouer les finances ducales et la force économique de la province sur ses marchés et ses échanges avec les voisins qui ont été sévèrement touché par la précédent chute de Dijon. Le mandat fut bouleversé par de nombreux changements de poste qui ont néanmoins eut bien peu d'incidence sur la gouvernance de la province par le conseil élu.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Della
Squatteur invétéré
Squatteur invétéré
avatar

Nombre de messages : 2221
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne   Jeu 12 Mai - 14:05

Citation :
Et BOUM !

Après un mandat à voir la Bourgogne se relever du pillage qu'elle a subi lors du mois d'octobre, la province voit l'émergence d'un nouveau parti qui changera profondément le visage du paysage politique bourguignon. En prenant le pouvoir dès sa première présentation au peuple et s'assurant une main mise sur le pouvoir, soutenu par une grande partie des acteurs travaillant à la grandeur de la province, le parti « Bourgogne Optimiste Unie & Motivée ! » fait une entrée tonitruante au Conseil Ducal avec désormais à sa tête le néo-duc Erik de Josselinière.

Plus qu'une suite de la reprise économique, le régnant aura surtout travaillé aux réécritures de textes régissant coutumes et institutions bourguignonnes, tel que l'ordre de la Toison.

Ça retentit encore !

Nouvelle victoire du parti BOUM, l'avance sur ses concurrents se trouvant un peu réduit, mais pas de quoi faire perdre le trône au duc ayant régné qui garde son siège pour les deux mois qui suivront, tout en gardant la même ligne directrice.
Après une certaine interlude pas si musicale que cela, la Bourgogne retrouve sa bonne vieille habitude des croulants décrets régissant l'économie et l'habituel signature de traité. L'alliance signé en ce jour avec la Franche-Comté marquera à cet instant l'amitié qui liait ces deux provinces depuis bien des lustres.
Et c'est lors du mois d'avril que fut levé le ban bourguignon afin de venir en aide au roy Lévan face à l'indépendantiste bretonne qui venait de frapper la Mayenne en s'emparant avec audace de la citée de Laval ou les soldats bourguignons trouveront une de leur plus belle bataille à mener.

Ça retentit toujours !

Dans une suite logique des élections précédentes, la liste BOUM perdit encore l'écart voyant passer devant elle le partie DD le talonnant depuis deux mandats déjà, mais le trône bourguignon revint à nouveau au Duc Erik de Josselinière.
Cette troisième mandature successive ressemble assez profondément à la première, voyant le conseil remettre à plat plusieurs textes institutionnels de la Bourgogne. Militairement parlant, les yeux restaient rivés en direction du front breton ou la guerre faisait rage sur le territoire des indépendantistes durant la célèbre bataille de Rohan.

Rien n'arrête plus l'explosion...

Ces élections ne virent que trois listes en courses, la désormais habituelle liste BOUM dominant cette bataille, voyant leurs plus tenaces adversaires s'absenter pour ce mandat, qui les propulse en tête avec prêt de la moitié des votes. Petite nouveauté, c'est désormais le Duc Asdrubaelvect qui s'empare de la couronne succédant à six mois de règne sans partager de son prédécesseur.

La gestion semble être la pierre angulaire de ce mandat qui vit peu de modification, juste l'assurance du bon fonctionnement des institutions sans vouloir en modifier le fond, mais en garder une forme profitable à tous.

Une passe de 5, Vaxilart prend sa part lui aussi !

Quatrième victoire sur cette cinquième élection ducale de Bourgogne de cette année 1456 et BOUM garde sa majorité, quelques voix de perdues, mais rien qui n'empêche le nouveau Duc Vaxilart de s'assurer le trône après avoir mené la campagne pour son parti.
Ce mandat se place sous l'égide de légiférassions sans précédant, voyant le conseil ducale modifier toutes sortes d'articles, avec un certain privilège pour la chasse au brigand avec l'apparition d'une liste d'ennemi de la Bourgogne longue comme un jour sans pain. Ces mesures furent sommes toutes assez critiqués et entachèrent l'aura que c'était forgé le parti au pouvoir, car hors le nombre de pseudo criminel accusé à tort, certain bourguignon s'indignèrent des accusations pompeuses et incorrect qu'osait intenter le conseil ducal à l'encontre de tous ces pseudo marauds.
Un tollé qui provoquera, surement par crainte de représailles une énième fermeture des frontières de la Bourgogne. Celle-ci représentait une menace direct et présente, qu'était la pullulation des membres du Lion de Juda sur le territoire de Bourgogne, qui inquiétait grandement le pouvoir en place, sans parler de la propre colère de son peuple.

De drôle de Dames viennent freiner l'élan:


La dernière politique du parti BOUM sur la Bourgogne aura eu raison de son avance dans les suffrages qui virent le retour gagnant de la liste DD qui avait déjà remporté les élections sans s'offrir le trône. C'est donc en tant qu'anticonformiste naturel, que Saxaltesse devint Duchesse de Bourgogne une année entière après la chute de Dijon.
Bien qu'ayant une certaine réticence aux feuillets des ennemis de la Bourgogne, la duchesse ne mit pas fin à la longue liste qui restait toujours flottante dans les villes, conseillant à tout maraud de quitter le territoire ducal. Mais le début mandat resservait tout d'abord à la duchesse, son engagement à côté de l'allié comtois contre les tensions qui sévissaient à la frontière du cercle francophone de l'Empire et de l'indépendante Confédération Helvêtique soutenue par le Royaume germanophone du SRING.
La suite du mandat se situa dans une bonne vieille habitude bourguignonne et l'éternel retour des rectifications sur le commerce et l'économie. Et pour la première fois dans l'histoire de la Bourgogne, alors que débute les élections suivantes, la duchesse en règne invalide une liste concurrente mené par les irrésistible et reconnu par tout le monde Bazin et Mazarin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Della
Squatteur invétéré
Squatteur invétéré
avatar

Nombre de messages : 2221
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne   Jeu 12 Mai - 14:06

Citation :
Poitou, Auvergne, Anjou. La Bourgogne, nouvelle étape du duo politique:

Comme une tempête qui s'annonçait, comme une histoire qui n'est qu'un éternel recommencement, car partout où ils passent, tout être investit en politique à mit genou à terre devant ces deux hommes. Les uns les traiteront de crapules, perfides hommes en recherche d'or par des voies hors de portées pour l'homme normalement composé, pour d'autres encore ils seront l'art le plus abjecte en matière de justice, un modèle pour tout avocat, un rêve pour tout accusé, une horreur pour toute procure leur faisant face et bien évidemment pour les derniers, des génies, sans nuls égales, car oui, Bazin et Mazarin ont conquit l'électorat de Bourgogne !
Cinq listes, dont DD et BOUM habitué à mener l'habituelle électorat vers leurs urnes ne feront que de pathétiques scores, frôlant l'humiliation avec respectivement, tout juste 15% et 13%. Et devant ? Seul et avec plus de la moitié des suffrages, internationalement connue, la liste Renaissance qui pouvait donc légitiment s'offrir le siège ducal si la pairie n'en serait pas intervenue en faveur de la précédente interdiction émise contre cette liste, considérée comme illégale à se présenter.
C'est donc au-dessus des avis du peuple que ce mandat se jouerait, car le trône échouera à Dame Esmeraldaa suite au soutient de la pairie obligeant tout membre de Renaissance de se retirer du conseil ducal.
Cependant et afin de calmer les tensions traversant toutes la bourgogne suite à ces élections, le pouvoir en place fut renversé afin de mettre en place une régence soutenue par le pairie. C'est donc au Baron Theognis qu'échoua la charge de régent et de mener à bien la transition jusqu'aux prochaines élections ducales ou la crainte d'un retour de Renaissance pesait déjà.
Le reste du mandat se déroulera comme toute bonne régence: servir la Bourgogne, assurer l'intérim d'un Duc élu, faire tourner la boutique, sortir les chèvres, la routine bourguignonne.

Le Duc trouvé :


Le nouvel homme fort de Bourgogne, le Duc Verbam eut une élection bien singulière se retrouvant à trôner au sommet du duché bourguignon suite à d'intense négociation au sein du conseil ducal élu. Car oui, précédant ces discussions, le vote du peuple a mît en avant avec une très large avance, la liste EVE avec en son sein la précédente duchesse démise, qui venait de récolter près de 40%, laissant son premier concurrent trimer pour obtenir ne serait qu'un peu moins de 20%. Malheureusement cette avance dans le sondage ne suffira pas à cette liste à imposer son prétendant au trône, se voyant déjouer ses propositions et finalement vit élire le bon Verbam issu de la liste Rubis ayant récolté tout juste 14%.
Cette mandature ne restera pas le souvenir le plus marquant pour le duché, ne voyant que quelques modifications en terme économique et la mise à l'écart de deux conseillers ducaux pour faute considérée grave par le duc reconnu.

Le printemps revient, le Vert Vaxilart aussi :

À nouveau la liste EVE vint recueillir la première place, avec un résultat encore plus probant que la fois précédente, mais à nouveau le trône échouera à une personne issue d'une liste opposée à cette dernière. Plus que des affrontements au sein du conseil pour ceindre la couronne bourguignonne, il fut cette fois mise à l'épreuve par la disparition soudaine de Dame Esmeraldaa alors pressenti pour reprendre un trône qui lui a trop souvent échappé. Mais à croire que le destin était un cruel recommencement sa disparition provoqua le retour du vicomte Vaxilart à la charge de Duc de Bourgogne.
La première mesure ducale fut de rouvrir les portes du conseil aux nobles de mérite bourguignon, afin que ses fidèles vassaux qui lui eurent prêté hommage puissent assurer leur conseil promis lors des allégeances.
Hormis les habituelles affaires économiques et rapport budgétaire, le début du mandat ducal se vit surtout symboliser par le soutient du Duc aux pèlerins bourguignons décimés sur les terres du Languedoc dans un effroyable affrontements armées basés sur de multiples malentendus. Le conseil ducal tentant d'apporter soutient moral et judiciaire aux hommes et femmes en prisent avec la justice languedocienne peu docile aux demandes de clémences bourguignonnes.
Pour le plus grand malheur de la tranquillité bourguignonne, comme tout été rime avec guerre, la Bourgogne ne fût pas épargnée. Alors que les récoltes estivales devaient débuter, arrivèrent diverses armées franches de mercenaires de Républicains Réformés aux portes de diverses villes de Bourgogne. Plusieurs assauts militaires eurent lieux sous les remparts de Chalon, Autun et même le château de Dijon, mais la Bourgogne et son duc ne faillirent à aucun instant.
La toute dernière déclaration ducale porta et renforça l'alliance naturelle qui vivait entre le duché de Bourgogne et son voisin, frère par le sang des combats menés côtes à côtes depuis les batailles bretonnes.

BOUM, un retour tonitruant:

Alors que BOUM avait été le grand parti bourguignon de l'année 1456, que son étendard était en berne depuis la défaite cinglante aux devants de la liste Renaissance, c'était à son tour de revivre. Comme un signe, après la tempête vint BOUM, comme leurs aïeuls, cette liste a prît pour habitude de se présenter aux Bourguignons aux lendemains de jours ou le duché a souffert, une sorte de sauveur improvisé, fortement plébiscité par le peuple, à près de 35% en ce mois d'Aout et surtout devançant le puissant parti EVE de 5%, ce qui lui suffira pour s'approprier le trône ducal en la personne de la Comtesse Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg .
Les précédentes batailles sur le territoire bourguignon ayant sévèrement fait saigner le trésor ducale, les mesures de la duchesse régnante se portèrent naturellement sur le devoir de travail économique et minier.
Alors qu'au Nord du royaume la guerre faisait rage dans le célèbre port artésien de Calais, fief de Lévan II l'Increvable, la duchesse de Bourgogne s'opposa aux décisions de la Pairie à l'encontre du duché d'Artois, victime de l'attaque par la traitrise flamande. Une décision qui entraîna immédiatement la fermeture des frontières du duché de Bourgogne.

Et on continu dans la pieuté, sa grâce rempile !

Nouvelle victoire du parti BOUM désormais bien de retour en Bourgogne en recueillant près de 40% des voies, délaissant l'opposition menée par EVE à plus d'une dizaine de longueur. C'est donc dans ce contexte que le pouvoir reste entre les mains de la Duchesse Ingeburge, maitresse sans partage du territoire bourguignon pour les mois à venir.

Ce mandat fut somme tout assez calme bien que les premiers jours de règnent virent une réponse cinglante de la duchesse de Bourgogne à l'encontre de la Duchesse de Touraine pour son mépris des relations diplomatiques et pour l'asile offerts aux mercenaires ayant attaqué la Bourgogne durant l'été. Le duché bourguignon et son allié comtois ayant signifié apporter leur soutient à une issue pacifique dans la guerre entre les duchés de Touraine et du Berry.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Della
Squatteur invétéré
Squatteur invétéré
avatar

Nombre de messages : 2221
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne   Jeu 12 Mai - 14:06

Citation :
Le credo bourguignon porte le nom de BOUM :

Car pour la seconde fois de son histoire la Bourgogne voit un régnant se maintenir sur le trône ducale six mois de suite et pour la seconde fois, cette personne n'est issue de nulle autre que la liste BOUM qui remporte à nouveau ces élections. Victoire certes, mais moins probantes que les précédentes, qui voit la liste en tête dépasser le quart des suffrages suivît à tout juste 2% de leurs opposants du parti EVE qui voit encore une fois le trône ducal leur échapper. Cette baisse coïncide à la lente monté des parties secondaires qui sont RPB et RUBIS, habitué des seconds rôles, ainsi que la nouvelle FBI.
Alors que le mandat ce déroulait sans grande crise quelconque, le bailli Aioren pilla le trésor ducal en mandatant diverses personnes afin de mettre en branle le duché tout entier par ses actes. Le sieur sera alors mise procès par la justice bourguignonne pour Haute Trahison envers le duc et le duché.
Le mandat prît fin sur la publication de la charte régissant les tout nouveaux ports de Bourgogne, validant l'institution en charge de mener à bien la puissance fluviale du duché, ainsi que la mise à jour des chartes de la diplomatie et des forces armées ducales.

Sa Soranissime Grâce:


Un nouveau duel BOUM - EVE, qui pour l'énième fois fini par ressortir la couronne du vainqueur au vieux parti bourguignon. Un nouvel échec à moins d'un pourcent de leur concurrent, les deux listes recueillant plus de 35% des suffrages chacune. Ces résultats s'expliquent entre autre par la désertion des listes RUBIS et RPB, mais le maintient de la liste FIB qui avec son quart d'électeur ne laisse pas indifférent. Et c'est donc ainsi que Sorane de Voiturienvnir fut érigé à la tête du duché, après le long règne de la désormais Duchesse d'Auxerre.
Bien que le mandat fût d'une extrême intensité en terme de remaniement institutionnel et d'un certain abus de mise sous décret, alors que la communication et la gestion ducale battait son plein, la duchesse vît son règne entaché par la mise en ennemi des armées bourguignonne de la pair de France Kilia de Penthièvre. Cette dernière ayant collaboré à la chute du castel franc-comtois grand allié de la Bourgogne ayant été déclaré ennemi de la Bourgogne envers et contre la décision d'enquête royale à l'encontre de cette dernière. Bien que l'affaire eut terni un mandat bien ficelé, il n'eut point d'effet fâcheux pour la fin de son règne.

Une Baffe de courte de durée:


Alors que l'on pensait voir le parti BOUM réitérer pour la seconde fois un cinquième mandat consécutif à la tête de la Bourgogne, il se vit mettre à mal par l'arrivée du vent frais du nouveau parti Baffe qui vint récolter prêt de 35% des suffrages laissant les dignitaires de BOUM avec à peine plus de 20%. On peut considérer cet échec comme celui de l'année 1456 issu des listes d'ennemi bourguignonne qui auront toujours eu tendance à tâcher le régnant l'utilisant à outrance et malheureusement contre sa propre popularité.
Bien que le vent de changement pouvait s'annoncer par l'arrivée dans le siège ducal d'Eusaias de Saint-Robert, surnommé plus tard le Bref et pour cause. Alors que le mandat avait bien débuté, que le règne s'annonçait prospère, vers la mi-mandat le Duc fut empoissonné par un ennemi de la couronne bourguignonne. Vengeance de l'échec de BOUM, ennemi extérieur désirant de faire tomber le château de Dijon, l'histoire n'a à ce jour jamais révélé les dessus de cette histoire qui heureusement pour le Duc, ne fut point macabre. Ce fut donc le seigneur Snell, secondaire du Duc, issu lui aussi de la liste Baffe qui devint régent de Bourgogne et devant assurer la transition jusqu'aux élections suivantes.

Mais BORDEL, quel retour !

Une simple variante, la forme change, le fond reste le même. Ce n'est donc plus officiellement BOUM qui vient remporter ces élections, car les dissensions internes ont provoqués cette amorce de rupture en faveur de BORDEL, mais le fond restant strictement le même, duchesse et conseiller d'un ancien régime victorieux sont de retour. Et quoi de mieux pour régner sur la Bourgogne que la duchesse ayant déjà remplit cette fonction durant six mois, ça sera donc sa grâce Ingeburge qui vint reprendre le trône bourguignon.
Ces élections marqueront aussi l'arrivée en seconde position de la liste FBI, force montante ducale, ainsi que la toute dernière représentation de la liste EVE qui ne recueille plus le mérite d'antan récoltant tout juste plus de 15%. Le parti BAFFE ne faisant guère mieux, n'ayant visiblement pas réussi à convaincre à nouveau le peuple de lui céder les rennes du duché.
Un mandat somme toute, assez paisible avec le bon air du printemps accompagné des premières chaleurs de l'été qui fut tout de même entaché par une affaire qui mit la Bourgogne en position de traitre au royaume de France. Alors que suite aux évènements qui eurent secouer le voisin comtois plus tôt, il vit ce dernier envoyer armée contre le Duc d'Anjou spoliateur de la baronnie de Saulx et présumé commanditaire et pilleur du château de Dole. Armée comtoise ayant alors foulée le sol du duché de Bourgogne sans que ce dernier ne puisse l'éclaircir et traversa la province de part en part et se fit découvrir sur le territoire berrichon, qui vint accuser aux côtés du Duc Aurélien Ier d'Anjou, la duchesse et le duché de Bourgogne d'une traitrise à l'encontre du Royaume pour avoir délibérément laissés passer une armée Impériale. La faute bourguignonne ne fut jamais reconnue et les troupes comtoises continuèrent leurs routes jusqu'en Anjou ...

Une framboise dans la gueule d'un Boeuf :


Nouvel effet des mouvements politiques en Bourgogne, ni BOUM, ni BORDEL, ni BAFFE, mais il faut bien garder le B victorieux, c'est donc BOEUF qui vient remporter ces nouvelles élections d'une courte tête, juste de quoi assurer une première place sans venir à obtenir un avantage conséquent de siège. Car fait somme tout assez amusant, les quatre listes en coursent, ont toutes obtenus trois sièges, ce qui donne un équilibre parfait, mais qui laissera la voix du peuple donner la duchesse en la personne d'Essylt Catarina de la Louveterie.
Un règne qui sera secoué par de triste affaires locales, pillages, élections non valides, troubles révoltes, de quoi faire frémir le territoire bourguignon d'une attaque venant de son propre peuple. Bien que les situations eurent tendances à s'envenimer, il n'y eut aucune guerre civile comme dans d'autres provinces en d'autres temps. En qualité militaire, le duché de Bourgogne aura même eu la gloire de mettre à terre le Duc Aurélien Ier d'Anjou ayant foulé le sol ducale après avoir étrangement fuit l'Anjou peu avant l'arrivée des troupes croisées venus combattre le schisme aristotélicien qu'il a provoqué. Une gloire militaire qui vient donc redorer le blason d'une duchesse qui se voyait saigner à blanc les traîtrises locales.

On ne condamne pas BOUM, c'est BOUM qui vous condamne …


Qui vous condamne à subir son énième retour victorieux après les dissensions qui eurent démanteler le parti durant les quatre précédant mois. Un retour en grâce qui vient donc profiter à la toute nouvelle Duchesse Angélyque de la Mirandole, elle même ayant suivi les listes dissidentes; mais étant restée fidèle à son parti d'origine qui le propulsa donc sur le trône.
Un règne marqué par l'investissement du ban bourguignon et de son Ost dans le conflit entre les duchés d'Anjou et de Touraine ou la duchesse de Bourgogne vient soutenir l'allié tourangeau face aux incursions des mercenaires ressortissants d'Anjou. Il est à noter qu'il s'agit ici des mêmes mercenaires ayant attaqués le duché bourguignon l'été précédant et ayant provoqué la guerre entre la Touraine et le Berry lors de l'automne. Ainsi donc, la Bourgogne gardait toute sa droiture en venant toujours à soutenir les provinces ennemis de cette engeance brigande peu importe la province soutenue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Della
Squatteur invétéré
Squatteur invétéré
avatar

Nombre de messages : 2221
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 26/06/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne   Jeu 12 Mai - 14:06

Citation :
Dans la bonne tradition de BOUM :

Et c'est un second mandat de la duchesse qui vient sanctionner ces nouvelles élections, comme toute belle reprise de BOUM, la longévité en est le crédo. Seconde élection ou la liste BOUM recueil 35% des suffrages s'assurant ainsi de garder la main mise sur le pouvoir et la gestion ducale. Et comme lors des élections précédentes, se retrouve à jouer le rôle de second, le parti Atchoum tablant sur son électorat rassemblant tout de même un quart de la population.
La Bourgogne se tourne désormais vers l'Est et le Saint Empire ou le duché de Savoie est envahi par la République de Genève. La Bourgogne y enverra membre de la Toison, Ban bourguignon, ainsi que troupes de l'Ost pour aller au secours du duché impérial en total perdition face au petit état envahisseur.

BOUM ³ !


Après le Duc Erik de Josselinière, la Duchesse Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, c'est au tour de la Duchesse Angélyque de la Mirandole de récidiver et de se payer le luxe d'un troisième mandat consécutif comme les aînés de son parti.
Cependant les apogées se ressentent et se vivent, car cette troisième victoire de BOUM aux élections n'est dut qu'à quelques voix qui lui assurent la tête des suffrages devant les listes BAFFE et BBB trônant respectivement à 1 et à 3%.
Alors que la ville d'Annecy fut reprise aux troupes confédérés de Genève et rendu au duché de Savoie, la Bourgogne vint alors soutenir la troisième croisade à l'encontre de la citée de Genève considéré comme un repère de l'engeance hérétique du Lion de Juda et de l'engeance hétérodoxe Réformé dominant la République Genévoise. De courts combats qui permirent enfin aux troupes croisés soutenus par le duché bourguignon de faire tomber la citée lémanique et de faire triompher la juste cause aristotélicienne.

[Merci de ne pas répondre sur ce topic.
Toute remarque peut se faire par MP à Della.
LJD Della]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Grand Livre des Duchesses et Ducs de Bourgogne
» Le grand livre des figurines
» le grand livre de la peinture: pratique
» recherche grand livre de la peinture sur figurines volume 1
» Le grand livre de la peinture sur figurine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Palais des ducs de Bourgogne :: Accueil et Informations :: Bourguignons et voyageurs, bienvenue !-
Sauter vers: